Votre Journal d'information -

26 février 2024

TELECOM : Les conseillers municipaux et les consommateurs sensibilisés sur les rayonnements non ionisants

L’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP), en collaboration avec les associations de protection des droits des consommateurs, à savoir l’Association Togolaise des Consommateurs (ATC), la Ligue des Consommateurs du Togo (LCT) et le Mouvement Martin Luther King (MMLK), a organisé du 19 juin au 11 juillet 2023 la troisième tournée nationale d’échanges, de sensibilisation et d’information dans dix (10) villes à savoir Aného, Atakpamé, Bassar, Dapaong, Lomé, Kara, Kpalimé, Mango, Notsè, Sokodé.

Deux cent trente-quatre (234) représentants des cent dix-sept (117) communes du Togo et plus de sept cent (700) représentants locaux des trois associations des consommateurs partenaires ont participé à ces rencontres.

Les échanges ont porté sur des sujets d’intérêt majeur pour le secteur des communications électroniques au Togo.

 

La protection contre les rayonnements non ionisants

L’ARCEP a présenté le cadre réglementaire relatif à la protection des citoyens contre les rayonnements non ionisants et les actions mises en place par l’ARCEP pour s’assurer de son respect par les opérateurs.

Au Togo, l’exposition aux champs électromagnétiques est réglementée par des textes. Ainsi, le décret présidentiel du 23 février 2022 fixant les modalités de protection des personnes contre les effets des champs électriques, magnétiques et électromagnétiques provenant des rayonnements non ionisants transpose les recommandations de la Commission de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) et de l’Organisation Mondiale de la Santé. Ce texte décret multisectoriel, est mis en applications dans le domaine des communications électroniques en général et des radiocommunications en particulier à travers la Décision du Dg de l’Arcep de 2022, fixant les limites d’exposition aux champs électriques, magnétiques et électromagnétiques au Togo.

Les stations de surveillance fixes mises en place permettent à l’ARCEP de mesurer les valeurs de l’intensité des champs électromagnétiques, et de les comparer avec les niveaux maxima de référence. Les mesures sont effectuées conformément à un protocole définissant les méthodes de mesure des champs provenant de rayonnements électromagnétiques non ionisants. L’ARCEP effectue des mesures exclusivement dans des zones publiques. Toutefois, tout citoyen peut demander ce type de mesure en remplissant ce formulaire. L’ARCEP ne peut pas fournir de réponses à des préoccupations telles que la relation entre les valeurs mesurées et l’état de santé de la population.

 

La problématique de la mauvaise qualité de service.

Au cours de cette tournée nationale, l’ARCEP est revenue sur les résultats de la dernière campagne nationale de mesures de qualité de service qui ont révélé que les services mobiles offerts aux consommateurs sont d’un niveau de qualité très peu satisfaisant avec un taux de conformité de 48% pour Togo cellulaire et de 37% pour Moov Africa Togo.

De manière plus détaillée, l’ARCEP a présenté aux participants les résultats concernant leurs propres localités ainsi que les actions entreprises pour amener les opérateurs à faire les investissements nécessaires en vue de corriger les manquements relevés.

Il est noté que bien que les tarifs des services mobiles aient connu une baisse significative de 71% chez Moov et de 63% chez Togo Cellulaire au cours des deux (02) dernières années, la majorité des consommateurs rencontrés ont estimé, que les tarifs, notamment ceux de l’internet, demeurent toujours trop élevés, surtout pour les personnes à faible revenu. L’ARCEP s’est engagée à travailler avec les opérateurs pour faire baisser davantage les tarifs afin de réduire la fracture numérique conformément à la feuille de route gouvernementale.

L’ARCEP a sensibilisé les participants sur les mesures et actions concrètes contribuant à la défense et à la protection des droits des consommateurs. Il s’est agi notamment, d’informer de la disponibilité d’un centre d’appel gratuit, accessible au numéro 8000, pour signaler à l’ARCEP les plaintes et les réclamations ; la possibilité de bénéficier d’une compensation en cas de défaillance des fournisseurs de service internet fixe ; la possibilité de refuser de recevoir les messages intempestifs, à caractère commercial et publicitaire.

Koudjoukabalo

Partagez cet article

A découvrir