Votre Journal d'information -

14 juin 2024
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

AGRICULTURE : Hausse de 2% de la production de tubercules

La production des racines et tubercules pour le compte de la campagne 2022-2023 est estimée à 2 238 530 tonnes contre 2 193 462 tonnes pour la campagne précédente, soit une hausse de 2,05%.

 

Selon la direction de la statistique agricole qui donne les chiffres, on note dans les détails que la hausse est de 2,52% pour l’igname avec 984 614 tonnes de production en 2022-2023 contre 960 431 tonnes la saison précédente ; 2,32% pour la patate douce avec 9 919 tonnes produites en 2022-2023 contre 19 355 tonnes en 2021-2022 ; 1,69% de hausse pour le manioc dont la production a atteint 1 224 641 tonnes la saison écoulée. Une hausse 1,40% pour le Taro avec 19 355 tonnes en 2022-2023.

La comparaison de la production totale des racines et tubercules au titre de la campagne agricole 2022- 2023 par rapport à la moyenne quinquennale montre un accroissement de 9,52%. La production d’igname, du manioc, de la patate douce et du taro comparées à la moyenne des cinq dernières campagnes agricoles a également connu une hausse respective de 10,23 ; 8,91 ; 10,33 et 12,02% sur le plan national.

Au plan régional, la situation de la production en racines et tubercules est globalement dans une tendance haussière et se présente comme suit : 1,70% pour le manioc, 2,50% pour l’igname, 1,40% pour le taro et 2,30% pour la patate douce. La variation de la production des tubercules selon les régions par rapport à la moyenne des cinq dernières campagnes agricoles montre des hausses au niveau de toutes les régions.

Sur cinq ans, dans la région maritime, la production du manioc est passée de 392 849 tonnes (moy 2017-2021) à 416 369 (2022-2023), l’igname de 18 506 tonnes à 20 424 tonnes, le taro de 3 173 tonnes à 3 857 tonnes et la patate douce de 6 011 tonnes à 6 398 tonnes. Sur la même période, l’ensemble de la production des tubercules de la région des Plateaux a cru de 11% passant de 608 600 tonnes à 608 600 tonnes. La région Centrale a connu une hausse de 8% atteignant 656 972 tonnes (2022-2023) contre 608 654 tonnes ( Moy 2017-2021) ; La région de la Kara connait la plus forte progression de 13% avec une production de 432 677 tonnes la saison dernière contre la moyenne de 381 936 tonnes pour la période de 2017-2021. La région des savanes s’en est sorti avec 26 887 tonnes contre 24 237 tonnes, soit une hausse de 11%. Selon le bilan de la campagne 2021-2022, les principales zones de production des plantes à racines et tubercules par région sont réparties comme suit : Plateaux (30%), Centrale (29%), Maritime (20%), Kara (19%) et Savanes (1%).

Si on peut se réjouir de ces statistiques haussières, il n’en demeure pas moins qu’elles ne sont pas à la hauteur des espérances des autorités et des agriculteurs.  Selon le Gouvernement et le Conseil interprofessionnel des acteurs du secteur (CIFPRT- Togo), la filière est confrontée à de nombreuses contraintes qui sont, entre autres, la faible disponibilité des semences, la faible mécanisation, la faible maitrise des techniques de conservation post-récoltes et de transformation des produits et la faible structuration des acteurs de la filière. Afin de palier à ces difficultés, un plan d’action quinquennal d’investissement de 2,3 Milliards de FCFA (2024-2028) est élaboré.

Ce plan vise à créer une filière, organisée, structurée et compétitive afin de devenir à l’horizon 2028, un des moteurs de la croissance forte et soutenue, réductrice de pauvreté par la création des richesses et d’emplois qui serviront à améliorer les conditions de vie des populations togolaises. L’objectif est d’accroître la production nationale des PRT de 15% et la transformation de 10% à l’horizon 2028.

        Koudjoukabalo

Partagez cet article

A découvrir