Votre Journal d'information -

24 juillet 2024
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

DIPLOMATIE : De nouvelles voies pour le Togo et le Kazakhstan

Diversifier les partenaires du Togo et créer les conditions d’attraction des investissements, c’est le credo du Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, qui n’hésite pas à multiplier les déplacements dans le monde entier à la recherche des partenaires. Le Kazakhstan était sa dernière destination.

Lors de sa visite dans ce pays, l’un des premiers pays producteurs de blé, du pétrole, de l’uranium, du gaz et des métaux, Faure Essozimna Gnassingbé a visité des sites industriels notamment le parc industriel Swiss-Grow, spécialisé dans la production des fertilisants, le complexe militaro-industriel (Kazakhstan Paramount Engineering) et Astana International Financial Centre (AIFC), un nouveau centre financier pour l’Asie centrale, le Caucase, l’Union économique eurasienne (EAEU), le Moyen-Orient, la Chine occidentale, la Mongolie et l’Europe. Le Togo entend établir un partenariat gagnant-gagnant avec du Kazakhstan dans ces secteurs à fort potentiel économique et social.  Faure Gnassingbé s’est félicité de la convergence de vues entre les deux pays dans les domaines des affaires, des mines, de l’économie numérique, de la culture et de l’agriculture, toute chose que le Togo a inscrit dans sa feuille de route gouvernementale 2025.

Le Président togolais a expliqué que la stratégie de développement économique du Togo repose en grande partie sur le partenariat public-privé, avec notamment un climat favorable des affaires, l’efficacité de la politique agricole et les efforts du pays en matière de digitalisation ainsi que les atouts qu’offrent les marchés sous-régional et continental à travers la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf). ” Notre feuille de route gouvernementale, qui consacre notre vision de développement, compte sur le secteur privé pour financer 50% des investissements nécessaires. Et le secteur privé ne viendra investir que s’il trouve un environnement favorable aux investissements “, a déclaré Faure Gnassingbé.

A ces atouts s’ajoutent le climat de paix et la sécurité qui règnent au Togo, dans un environnement sous-régional marqué par des menaces terroristes et l’extrémisme violent. Selon le leader togolais, les Togolais sont très attachés à la paix et à la tolérance malgré les phénomènes de terrorisme et les conflits parfois communautaires, dont la sous-région ouest-africaine est en proie. ” Nous pensons que l’expérience que vous avez dans ce domaine, avec le concept de Maisons de l’amitié et de la promotion de la défense, doit servir d’exemple aux pays de la sous-région “, a indiqué le Président de la République du Togo.

Face aux limites du système international, les deux chefs d’Etat ont réaffirmé leur détermination à œuvrer de concert pour le renforcement des relations diplomatiques dans la résolution des crises et la lutte contre le changement climatique aussi bien sur le continent que de par le monde. Le chef de l’Etat a plaidé la prise en compte du multilatéralisme pour plus d’inclusion dans la résolution des crises, notamment celles environnementales.

Selon les services de communication de la Présidence du Togo, le Président Kazakh, Kassym-Jomart Tokayev a souligné l’importance de cette visite historique qui marque, selon lui, une nouvelle ère dans les relations bilatérales.  ” Nos pays sont loin l’un de l’autre, mais nous sommes prêts à entreprendre une coopération multisectorielle. Nous avons beaucoup de possibilités pour renforcer notre partenariat dans les domaines du commerce, de l’agriculture, la culture, des technologies, des mines, de l’éducation et autres “, a dit Kokayev, réitérant son engagement à promouvoir une coopération diversifiée et multiforme avec le Togo.

Il a préconisé un dialogue constant pour faire avancer l’agenda bilatéral et international face aux tensions internationales.

Les deux parties ont donc convenu de mutualiser leurs efforts dans le cadre bilatéral et dans les instances multilatérales, en vue de préserver la paix et la sécurité, et tirer parti de manière efficace de leur coopération sur la scène internationale.  Il est prévu dans cette dynamique la signature des accords de base de coopération bilatérale, la création d’un cadre de concertation et d’échanges en vue de promouvoir leur développement mutuel et des mécanismes de partenariat dans le domaine de l’environnement.

Partagez cet article

A découvrir