Votre Journal d'information -

24 juillet 2024
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

COTON : 46 549 Tonnes produites en 2022-2023

La fédération nationale des producteurs de coton (FNGPC) fait le bilan de la saison 2022-2023. C’est lors d’une rencontre des membres à Kara. Ce que l’on peut dire, c’est que prévisions n’ont pas été atteintes : 46 549 tonnes de coton-graine enregistrée sur une superficie de 66 017 hectares, soit un rendement de 705 kg/hectare. C’est moins que les 52 000 tonnes de la campagne précédente 2021-2022.

A la FNGPC, on explique cette baisse par les conditions climatiques défavorables comme les poches de sécheresse sévères et les invasions des jassides au sud du pays au moment des semis, induisant une perte de près de 10% de la production de l’année. En effet, les infestations parasitaires constatées au mois de septembre 2022, ont été dominées par les piqueurs suceurs, notamment les jassides qui ont ravagé les cultures cotonnières.

De fortes infestations étaient observées avec des dégâts considérables dans les champs cotonniers. La situation, qui n’était pas propre au Togo avaient suscité une réunion des contonculteurs de l’Afrique de l’Ouest et du centre dans la capitale togolaise, en Novembre 2022, pour des réflexions sur le problème. De nouveaux produits et de nouvelles pratiques de lutte contre les insectes ravageurs ont été envisagés pour sauver le reste de la saison. Ce qui explique donc, au Togo, la faible production de cette année alors que, les prévisions tablaient sur 146 000 Tonnes de productions.

Le Président de la FNGPC, Koussouwè Kouroufei, parle d’une production qui n’honore pas les cotonculteurs, au regard de ce résultat insatisfaisant pour tous les acteurs de la filière. ” Fort heureusement, nous avons obtenu enfin un produit capable de détruire ce ravageur bien connu, ce qui nous donne l’espoir qu’en 2024, on aura un très bon rendement “, a-t-il poursuivi.

En effet, pour la lutte contre les ”jassides” ravageurs, un nouveau produit a été testé par l’ITRA qui a donné de très bons résultats. Il s’agit de JAZZFIRE 50 WG. Les expériences menées au centre de recherche agronomique, de Kolokopé, ont été concluantes et le Gouvernement a accordé une dérogation spéciale à la NSCT pour la commande du nouveau produit non encore homologué. On indique que, la recherche de nouveaux produits efficaces va se poursuivre au même titre que la mise au point de nouveaux programmes de protection intégrant les produits efficaces sur les principaux ravageurs.

Pour la nouvelle saison, il est envisagé une production d’au moins 96 500 tonnes de coton-graines, sur une superficie de 110 000 hectares, soit un rendement de 850 kg/hectare pour la campagne. ” Nous allons installer des producteurs de coton en manque d’espace cultivable sur les 2500 hectares de terrain acquis par la fédération nationale, l’appui au respect des itinéraires technique, le renforcement des capacités des producteurs sur l’utilisation des nouveaux produits de lutte contre les ravageurs-Jassides, la mise en place d’une base de données fiables des producteurs “, a dit le président de la FNGPC.

Il est attendu pour la région des Savanes, une production de 28 900 tonnes de coton-graine, 24 481 tonnes pour la région de la Kara, 28 729 tonnes pour la région des Plateaux. Pour la région Centrale, une prévision de 3 315 tonnes et 8 075 tonnes dans la région Maritime. Pour la saison 2023-2024, le prix d’achat bord champ est maintenu à 300 frs /kg.

Il faut rappeler que, la réunion de Kara était placée sous le thème : “Repenser l’organisation et le fonctionnement du réseau des OPC et apporter plus d’appuis aux cotonculteurs”, ” Il s’agit d’une initiative salutaire sur laquelle le gouvernement vous attendra beaucoup, parce qu’elle vise à relever l’un des plus grands défis du secteur. Je veux citer l’impérieuse nécessité de fournir la matière première aux usines qui n’attendent que la matière première qui est le coton pour fonctionner et créer de l’emploi “, a relevé le directeur régional de l’agriculture de la Kara, Anadi Boyodjéba.

Koudjoukabamlo

Partagez cet article

A découvrir