Votre Journal d'information -

24 juin 2024
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

POLITIQUE-LEGER REPORT DES ELECTIONS : 4 partis politiques sur 118 prévoient protester la semaine prochaine dans les rues à Lomé

Dans une déclaration rendue publique hier , 4 partis politiques (ADDI ANC FDR PSR)  et une organisation de la société civile (Front citoyen Togo Debout-FCTD) prévoient envahir les rues de Lomé la semaine prochaine pendant 3 jours.

Ces partis politiques et le FCTD entendent protester  contre « la suspension du processus des élections législatives et régionales en cours ».

Il faut préciser que le mardi 03 avril, le Chef de l’Etat s’était entretenu avec le bureau de l’Assemblée nationale.

A la suite de cet entretien, et eu égard aux préoccupations exprimées par des acteurs de la société civile,  politiques et religieux, , Faure Gnassingbé en plus de la demande de deuxième lecture  de la nouvelle Loi constitutionnelle votée dans la nuit du 25 mars par l’Assemblée nationale, a demandé au bureau de Mme Yawa Tsegan de mener  de larges consultations pour recueillir le maximum d’enrichissements. Cette démarche du Chef de l’Etat, empreinte d’humilité et de disponibilité d’écoute de ses citoyens, souligne l’importance de la réflexion approfondie dans le processus législatif, surtout pour des changements constitutionnels.

4 Partis politiques sur 118, pour quels résultats ?

S’il est vrai que les politiques participent à la vitalité démocratique dans un pays, il est aussi judicieux de s’interroger sur l’insignifiant effectif (4 sur 118) voulant investir les 11, 12 et 13 avril prochains les rues de la capitale dans une « grande manifestation de protestation », selon leur déclaration rendue publique.

La question est de savoir quels résultats espèrent-ils engranger avec ce maigre effectif sur l’ensemble des 118 Partis politiques légalement enregistrés au Togo. N’est-ce pas une stratégie de se rappeler aux souvenirs des populations qu’ils existent et que leur business politique n’est pas encore tombé dans l’eau ? Sont-ils si représentatifs pour prétendre s’exprimer au nom des autres et des populations togolaises ? S’inscriveraient-ils dans la défiance de l’Autorité publique ? Pourront-ils maitriser leurs militants les jours de manifestations de protestation pour éviter tout dérapage et ne pas tomber éventuellement sous le coup de la loi ? Disposent-ils déjà d’une autorisation de l’autorité requise pour manifester légalement ? Ont-ils les moyens de bien encadrer leurs militants dans les rues et sur les itinéraires qu’ils ont retenus, pour éviter des débordements et actes inciviques ? Autant de questions qui interrogent.

Crédo TETTEH

Partagez cet article

A découvrir