Votre Journal d'information -

24 juin 2024
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

GOUVERNANCE : ”Le consommer local” parmi les leviers économiques prioritaires du Togo

L’ambition clairement affichée par le Gouvernement togolais est de dynamiser l’économie nationale, à travers la mise en place de plusieurs mesures. Stimuler la consommation locale constitue le plus grand défi pour les autorités, malgré les chiffres des exportations qui révèlent que le made in Togo s’apprécie toujours à l’extérieur : 211 milliards de francs CFA d’exportations au 1er trimestre 2023, soit 11,4% de progression en valeur par rapport au premier trimestre 2022.

Le consommer local en progression

Au ministère du commerce et de la consommation locale, on indique que les productions vendues au Togo représentent 36,5% des exportations au 1er trimestre 2023, soit 77,2 milliards en valeur.  Le Gouvernement veut améliorer davantage l’apport du “consommer local” dans les performances économiques du pays.

En effet, en vue d’apporter de la valeur ajoutée aux produits du terroir, réduire la dépendance aux importations, une stratégie de promotion de la consommation locale a été validée en 2021, portée par le ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Consommation locale. Il est question d’investir dans les secteurs à fort potentiel (comme l’agriculture), en partenariat avec le secteur privé. La démarche constitue surtout une articulation des politiques publiques de développement de l’économie, comme le Programme national de développement (PND 2018-2022), puis la feuille de route gouvernementale 2020-2025. Il s’agit de favoriser l’émergence à travers la valorisation de la production endogène, et l’augmentation, par voie de conséquence, des parts de marché des producteurs locaux.

Le gouvernement montre le chemin à suivre, en adoptant lui-même des comportements favorables à son ambition et à la prospérité des producteurs. Puis à travers des décisions salvatrices. Par exemple celle qui réserve 25% des parts de marchés publics aux jeunes et femmes entrepreneurs togolais. Ceci a le double effet de dynamiser le secteur de l’entrepreneuriat et d’aider les citoyens à gagner des marchés pour exprimer leur savoir-faire.

C’est d’ailleurs à juste titre que la foire “made in Togo”, après 03 ans de suspension due à la Covid-19, a refait son retour en 2023. On annonce d’ailleurs la 4e édition du Mois du Consommer Local pour le mois d’Octobre prochain.

A en croire le Gouvernement, la consommation locale doit être en lien avec le “transformer localement”. C’est ce qui a motivé, entre autres initiatives, la mise en place de la plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA) qui abrite une unité capable de transformer jusqu’à 240 000 tonnes de soja local chaque année et une unité textile, véritable débouché pour le coton local, pour ne citer que celles-là.

 

Togo Soja en exemple

Le gouvernement togolais vient de relever un défi important dans l’agro-alimentaire, avec la mise en service ce 31 août 2023, de l’usine de transformation du soja, dénommée ”Togo Soja”. Installée sur la Plateforme industrielle d’Adéitkopé (PIA), cette manufacture a mobilisé un investissement total de 25 millions de dollars soit environ 16 milliards FCFA, pour une production cible de 50 000 tonnes de soja conventionnel. En plus des morceaux de soja, du soja grillé et de la farine de soja, l’usine Togo Soja va également produire de l’huile de soja comestible, des gâteaux déshuilés, la lécithine et bien d’autres produits dérivés, notamment les fertilisants agricoles.

Ces produits contribueront à promouvoir l’industrie avicole dans le pays, la sécurité alimentaire, la réduction du taux d’importation des huiles comestibles et la création d’emploi par la transformation de la matière première dans le pays. Ils serviront aussi à alimenter le marché sous-régional et continental, notamment dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).

Pour le Gouvernement, l’enjeu est de positionner le Togo comme un exportateur de premier rang de l’huile de soja dans la sous-région. L’implantation de cette usine agro-alimentaire, la plus grande du pays, fait suite à la signature d’un contrat entre la Plateforme industrielle d’Adéitkopé (PIA) et Agro Ressources SAU, une société agroalimentaire spécialisée dans le raffinage du soja.

Ce projet innovant, en lien avec la Feuille de route gouvernementale Togo 2025, traduit la vision du chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé, celle de promouvoir une croissance agricole inclusive, créatrice d’emplois, grâce à des mesures incitatives à l’investissement privé.

Ali SAMBA

Partagez cet article

A découvrir