Votre Journal d'information -

24 juin 2024
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

ECONOMIE/FINANCES : Situation au premier semestre 2023

En conseil des ministres, le ministre de l’économie et des finances Sani Yaya a présenté la situation économique et financière du Togo au 1er semestre 2023. Il a indiqué que l’environnement économique international, régional et national est marqué depuis 2022 par de fortes tensions inflationnistes, en liaison avec les effets de la crise sanitaire et le conflit entre la Russie et l’Ukraine. Le resserrement des politiques monétaires de toutes les banques centrales, rend de plus en plus onéreux les financements sur les marchés monétaires.

En 2022, le taux d’inflation au sein de l’UEMOA est ressorti à 7,1% contre 3,5% en 2021, notamment du fait de l’augmentation des prix des produits alimentaires dans tous les Etats membres. Il est attendu à fin 2023 une baisse des tensions inflationnistes, suite à la hausse de la production de la campagne agricole 2022-2023 et aux mesures ciblées prises par les États pour lutter contre la vie chère.

Au Togo, la conjoncture économique nationale, au terme des six premiers mois de 2023, est caractérisée principalement par une progression des activités portuaire et aéroportuaire, un accroissement des flux commerciaux et une consolidation des créances sur l’économie. Au Port Autonome de Lomé (PAL), le volume du trafic total est de 15.174 milliers de tonnes au premier semestre 2023, en hausse de 2,8% en glissement annuel. Les quantités de marchandises embarquées et débarquées ont augmenté respectivement de 29,5% et 5,8%. Le transbordement, pour sa part, régresse de 1,3%. A l’Aéroport International Gnassingbé Eyadema (AIGE), le trafic total des passagers s’est établi à 632.083 passagers au premier semestre 2023, soit une progression de 25,3% par rapport à la même période de l’année 2022. De même, le fret et le mouvement d’aéronefs sont en hausse, respectivement de 1,2% et 10,1% sur la période sous revue.

Le taux d’inflation, mesuré par la variation de l’indice national harmonisé des prix à la consommation, en moyenne sur les six premiers mois de 2023, est ressorti à 6,3% contre 7,8% en 2022, en lien principalement avec l’évolution des prix des ” transports ” et des ” produits alimentaires et boissons non alcoolisées “, qui ont augmenté respectivement de 14% et 3,5%. Au terme du premier semestre 2023, les échanges commerciaux du Togo, comparés à la même période de 2022, sont marqués par une hausse des exportations (+52,3 milliards) et des importations (+84,9 milliards). Il en résulte un déficit commercial avec l’ensemble des pays partenaires au cours de la période. Les exportations de biens sont évaluées à 424,1 milliards au premier semestre 2023, en hausse de 14,1% par rapport au premier semestre 2022. La valeur des importations est de 897,3 milliards, en progression de 10,4%.

La situation monétaire du Togo à fin juin 2023, comparée à fin décembre 2022, est marquée par une expansion de 2,2% de la masse monétaire. Cette progression résulte de l’effet conjugué de la consolidation des créances sur l’économie de 2,7%, de la hausse des créances nettes sur l’Administration centrale de 20,1% et de la contraction des actifs extérieurs nets de 3,2%. L’augmentation des créances sur l’économie est consécutive à la hausse de 36,1 milliards et 9,1 milliards, respectivement des créances des banques et de la BCEAO sur l’économie.

En perspective, la croissance de l’économie togolaise est projetée à 6,4% en 2023 contre 6,6% initialement, soutenue par la mise en œuvre des projets de la feuille de route gouvernementale. Le déficit budgétaire devrait ressortir à 6,6% en 2023 contre 8,3% en 2022 et la consolidation budgétaire à 3% est prévue en 2025. Toutefois, la réalisation de ces objectifs comporte quelques défis liés au resserrement des conditions de financement.

Face à ce contexte économique, marqué par des incertitudes et le durcissement des conditions financières, le Chef de l’Etat a instruit le gouvernement de procéder à une gestion prudente des ressources budgétaires. Cette orientation se reflète dans le projet de loi de finances rectificative, exercice 2023 qui renforce les moyens de lutte contre le terrorisme et poursuit la mise en œuvre des politiques de développement en lien avec les priorités de la feuille de route gouvernementale 2020-2025

Koudjoukabalo

Partagez cet article

A découvrir