Votre Journal d'information -

26 février 2024

CLIMAT DES AFFAIRES / BANQUE MONDIALE : Le Togo, parmi les 3 pays pilotes de l’Afrique de l’Ouest dans la nouvelle évaluation B-READY

Après avoir mis fin définitivement à sa publication du ‘’ Doing Business (DB) ’’, le Groupe de la Banque Mondiale (GBM) a lancé le concept du « Business Ready » (B-READY). Il vise à évaluer le climat des affaires et des investissements dans divers pays, avec pour objectif de faciliter les investissements privés, générer de l’emploi et améliorer la productivité. Tout comme la Cote D’Ivoire et le Ghana, deux pays pilotes, le Togo fait partie des trois pays pilotes retenus par la Banque mondiale. Preuve de la qualité des réformes réalisées grâce à la volonté politique au plus haut niveau clairement exprimée par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé qui est celle de mener les réformes pour un climat des affaires propice à l’investissement et à la création d’emploi décent  pour les Togolais.

Un champ plus large que le Doing Business

Selon la note conceptuelle du GBM, la nouvelle approche du B-READY s’appuie sur les conseils d’experts au sein du GBM et les recommandations d’universitaires et de praticiens qualifiés extérieurs à l’institution, y compris l’examen par un panel externe. Sa conception prend également en considération le point de vue des utilisateurs potentiels du gouvernement, du secteur privé et de la société civile à travers une vaste enquête ouverte.  B-READY élargit donc la portée de l’analyse pour inclure des facteurs, tels que la gouvernance, l’infrastructure, le capital humain et l’innovation.

L’impact de facteurs externes, tels que le changement climatique et les risques géopolitiques, sur l’environnement des affaires, est également pris en compte. Pour chaque questionnaire et chaque économie, une sélection de trois à cinq experts du secteur privé sera effectuée (deux à cinq pour les économies de moins d’un million d’habitants), précise-t-on.

Avec cet outil, la Banque Mondiale entend offrir une « vision exhaustive de l’entreprise » en concentrant son attention sur 10 indicateurs ou thèmes essentiels qui traversent le cycle de vie complet d’une entité commerciale. Il examine la création et l’implantation des entreprises, les services publics, l’emploi, les services financiers, le commerce international, la fiscalité, le règlement des litiges, la concurrence sur le marché et l’insolvabilité.

Au niveau du champ d’application, B-READY évalue le cadre réglementaire, les services publics et l’efficacité des entreprises et des marchés. Le Cadre réglementaire, ce sont les règles et réglementations que les entreprises doivent respecter pour ouvrir (vérification obligatoire de la dénomination sociale des entreprises ; exigence de capital minimum libéré…) , exploiter et fermer une entreprise ;  les Services publics, ce sont les services mis en place par le gouvernement pour faciliter le respect des réglementations en plus des institutions et infrastructures publiques servant les entreprises ; l’Efficacité est relative à comment le cadre réglementaire et les services publics s’appliquent en pratique.

 

Togo, pays pilote du B-READY

Au vu des réformes réalisées les années précédentes par le Togo, le pays a été choisi par la Banque Mondiale pour faire partie de la première vague des 55 pays pilotes devant être soumis aux nouveaux indicateurs du B-READY. Il fait ainsi partie des trois pays retenus en Afrique de l’Ouest.

Au Togo, les parties prenantes, sous l’égide de la Cellule Climat des Affaires (CCA), véritable pilier des réformes, ont travaillé activement à appréhender ces nouveaux indicateurs et fournir les informations adéquates aux experts de B-READY.  A la note pré-conceptuelle du GBM publié en Février 2022 et communiquée aux pays, les autorités togolaises ont fait leurs amendements pour la rédaction de la note conceptuelle définitive de Décembre 2022. Elle sera publiée le 1er Mai 2023.

A la Cellule Climat des affaires, on affirme que ce nouvel exercice est un bénéfice pour le Togo qui n’a cessé de poursuivre les réformes malgré l’arrêt du Doing Business (DB).

Loin d’être une épreuve pour le Gouvernement, le B-READY permettra au Togo, une nouvelle fois, de mesurer le chemin parcouru et de voir les secteurs qui méritent des réformes supplémentaires.

De toute façon, comme l’a toujours relevé Sandra Ablamba Johnson, Ministre, Secrétaire Générale de la Présidence, chargée de la Cellule Climat des affaires, les réformes sont faites d’abord pour le bien des Togolais.  Ces réformes touchent en profondeur l’économie du pays, façonnant des aspects particuliers à la réalité togolaise, avec un dialogue de fond et dynamique avec le secteur privé. « Depuis 2020, et malgré la crise sanitaire, nous avons poursuivi la voie des réformes, en instaurant une série de mesures incitatives pour faciliter davantage les affaires et attirer les investissements. C’est une dynamique positive que nous comptons maintenir et accélérer », a-t-elle affirmé à nos confrères de Togo first.

Il faut rappeler qu’avant que la Banque Mondiale ne laisse tomber le Doing Business, l’évaluation de l’année 2020 (la dernière) positionnait le Togo à la deuxième place des pays les plus réformateurs au monde sur les 15 dernières années (2006-2020).

Le milieu des affaires, l’opinion nationale et internationale attendent donc avec impatience les résultats du ‘’ B-READY’’ en début 2024.

Ali SAMBA

Partagez cet article

A découvrir