Votre Journal d'information -

26 février 2024

BUDGET : Les grandes lignes de la loi des finances, exercice 2024

Le 22 décembre 2023, la loi de finances, exercice 2024 du Togo a été adoptée par l’Assemblée nationale. Par ce fait, les députés ont donné quitus au gouvernement afin de mobiliser les ressources conséquentes pour la poursuite de l’exécution de la Feuille de route gouvernementale (FDR) Togo 2025.

Le gouvernement a dans ce sens l’autorisation de : percevoir les impôts directs et indirects, droits, taxes et redevances au profit de l’Etat, des collectivités territoriales et des autres organismes publics, effectuer tous les tirages d’emprunts destinés au financement des investissements, mobiliser les dons-projets et les dons-programmes et procéder, sur les marchés monétaire et financier, à toutes les opérations requises pour la gestion de la trésorerie de l’Etat.

Incertitude internationale.

Le budget de l’Etat, exercice 2024 s’équilibre en ressources et en charges à 2.179,1 milliards de francs CFA.  Il est noté des recettes budgétaires à 1.279,1 milliards de francs CFA en augmentation de 6,2% par rapport à son niveau de 2023 et des dépenses budgétaires à 1.636,3 milliards de francs CFA en augmentation de 4,1% par rapport à son niveau de 1.572,3 milliards de francs CFA dans la loi de finances rectificative 2023. Il en résulte des opérations budgétaires un déficit de 357,2 milliards de francs CFA représentant 5,9% du PIB contre 6,6% en 2023. « Le déficit budgétaire sera entièrement financé par l’excédent des opérations de trésorerie de 357,2 milliards de francs CFA », informe-t-on au Gouvernement.

La loi de finances, exercice 2024, est élaborée dans un contexte international défavorable, plein d’incertitudes avec ses répercussions au niveau national. A cela, s’ajoute la persistante de la crise sécuritaire quasi généralisée dans le Sahel avec des conséquences économiques et sociales négatives. De plus, les sanctions prises contre certains pays de la sous-région pourraient avoir des effets sur les échanges commerciaux intra-communautaires. En outre, les nouveaux fronts géopolitiques ouverts au Proche-Orient avec la guerre entre Israël et le Hamas pourraient accentuer les incertitudes notamment l’envolée du cours des matières premières. Face à cette situation, le Togo ne cesse de prendre des mesures essentiellement budgétaires pour renforcer la résilience de son économie et le pouvoir d’achat des populations.

Choix stratégiques budgétaires

Ceux-ci sont axés sur la poursuite : de l’exécution des projets et programmes de la Feuille de route gouvernementale FDR 2020-2025 ; du soutien à la résilience de l’économie et aux couches les plus vulnérables ; de la défense de l’intégrité du territoire national et la consolidation de la paix et du financement des élections législatives et régionales.

Pour le Gouvernement, ces options budgétaires, dans leur ensemble, visent l’accroissement des recettes à travers l’élargissement de l’assiette fiscale, la maîtrise des charges de fonctionnement afin de dégager des marges budgétaires pour le financement des investissements structurants au niveau des secteurs productifs notamment l’agriculture, l’industrie, les transports ainsi que des dépenses sociales et des dépenses sécuritaires.

Ainsi, la loi de finances, exercice 2024 consacre :  669.186.668.000 francs CFA des ressources à l’axe 1 de la FDR intitulé « renforcer l’inclusion et l’harmonie sociales et garantir la paix »;  419.363.033.000 francs CFA à l’axe 2 de la FDR pour « Dynamiser la création d’emplois en s’appuyant sur les forces de l’économie » et 304.451.095.000 francs CFA des ressources à l’axe 3 afin de « Moderniser le pays et renforcer ses structures ».

« En 2024, des crédits de 669,2 milliards de francs CFA sont consacrés aux secteurs sociaux, soit 48% des allocations budgétaires », fait-on savoir. il est attendu (i) la couverture maladie universelle , opérationnelle dès janvier 2024; la couverture santé universelle, (la réhabilitation des CHU Campus et Kara, l’équipement des structures de santé existantes ainsi que la construction de nouveaux centres de santé et des unités de soins périphériques sur toute l’étendue du territoire) ; la construction d’université dans chaque région dont la première phase démarre en 2024 et concernera l’université de Kara et  l’université de Datcha ; l’accès à l’énergie et à l’électricité pour tous à un prix abordable ;  la modernisation de l’économie par la digitalisation dans tous les secteurs de l’économie togolaise.

Il est relevé que le budget 2024 prend aussi en compte les défis sécuritaires, notamment l’équipement et les dotations des forces de défense et de sécurité afin de leur donner la plénitude des moyens appropriés pour la protection du pays. D’autres initiatives seront mises en œuvre dont principalement le renforcement des concertations entre les dirigeants des régions du Sahel et du Togo sous le leadership Faure Essozimna GNASSINGBE en vue d’une synergie d’actions des forces de défense et de sécurité dans l’optique de faire reculer le niveau d’insécurité dans les Etats.

Koudjoukabalo

Partagez cet article

A découvrir