Votre Journal d'information -

29 février 2024

TOGO /BANQUE MONDIALE : REVUE DES PORTEFEUILLES

Quelques jours après le rapport de la Banque mondiale sur les perspectives économiques du Togo, le Gouvernement a fait la revue des portefeuilles de l’institution de la Banque mondiale, par rapport au pays. Sandra Johnson, Ministre secrétaire général de la présidence et Gouverneur du Togo auprès de la Banque mondiale, a présidé la rencontre.

Elle a relevé les performances enregistrées dans la mise en œuvre des réformes engagées sous le leadership du Président de la République, qui ont permis d’enregistrer un accroissement important des appuis de l’institution en faveur du Togo. On note une augmentation substantielle des allocations de 341%, pour s’établir à environ 1 199,1 millions de dollars US, soit 719,46 milliards de FCFA en 2023.

Sandra Johnson renseigne que pour une mise en œuvre efficace et efficiente des réformes et projets du portefeuille de la Banque mondiale, portée par le Chef de l’Etat lui-même, un dispositif de suivi rapproché a été mis en place. ” Comme résultats, pour l’année fiscale 2023, le Togo s’est distingué en occupant la première place en matière de ratio de décaissement (43,5%), au niveau de la région de l’Afrique de l’Ouest et Centrale.

A cela s’ajoute la forte progression des scores des différentes évaluations des politiques publiques de la Banque mondiale ces derniers mois “, a déclaré Sandra Johnson. A la Présidence de la République, on indique que ces performances sont déterminantes dans l’allocation des ressources de l’Association internationale de développement (IDA).

Accélération des procédures

Aux Assemblées annuelles du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds Monétaire International, qui se sont déroulées à Marrakech du 09 au 15 octobre 2023, l’accélération de la préparation et de l’exécution des projets, qui est cruciale pour l’atteinte des objectifs de développement, a été largement débattu et reconnu par tous. Le Togo a donc adhéré à l’ambitieux programme d’accélération du rythme des interventions de la Banque et d’amélioration de son efficacité.

En l’espèce, elle s’est engagée à simplifier ses procédures d’approbation des projets, à ajuster proportionnellement ses méthodes d’examen, et à mettre en place une technologie intelligente pour réduire les délais de traitement des demandes. ” Je voudrais saluer ici cette réforme majeure qui vient conforter nos sollicitations récentes dans la gestion de la crise sécuritaire sur l’urgence dans l’exécution des projets “, dit Sandra Johnson, qui informe que la requête a déjà reçu un écho favorable de la Banque, acteur clé dans le financement et la mise en œuvre du PURS. ” Nous travaillerons au cours de cette année fiscale à renforcer la gouvernance, avec en ligne de mire, l’utilisation efficiente des ressources allouées au budget de fonctionnement et une allocation conséquente des ressources qui vont aux actions à fort impact sur la vie de nos populations, dans la mise en œuvre de l’ensemble des projets “, a-t-elle ajouté.

 

Maintenir le cap

Selon le Gouverneur du Togo auprès de la Banque mondiale, le Togo a enregistré des progrès remarquables. Cependant, il ne devrait pas dormir sur ses lauriers. ” Face aux défis de la crise sanitaire, de la crise économique mondiale, du changement climatique et de la crise sécuritaire, qui rendent l’accès aux financements de plus en plus difficile, nous devons redoubler d’efforts dans la mise en œuvre des interventions, ceci, dans le but d’impacter significativement et durablement les conditions de vie de nos populations, afin de ne laisser personne de côté “, a-t-elle relevé. Pour elle, la revue du portefeuille de la Banque Mondiale constitue donc une opportunité pour mener des réflexions sur l’approche de gouvernance la plus appropriée, pour une plus grande efficacité de la dépense et une célérité dans la mise en œuvre des projets de développement. Elle sert à faire le point de l’exécution des projets du portefeuille, de relever les contraintes dans la mise en œuvre des projets, et d’identifier des approches de solutions, afin d’accélérer la consommation des ressources.

Dans son rapport sur les perspectives économiques du Togo, la Banque mondiale indique que la croissance économique du Togo devrait se maintenir autour de 5,2% en 2023 et 2024, avant de se renforcer et atteindre 5,8 % en 2025, tirée par un rebond de la demande extérieure et des conditions favorables à l’investissement privé. A moyen terme, le scénario de référence prévoit une stabilisation du potentiel de croissance du Togo à 5,5 %, jusqu’en 2030.

Depuis l’apparition de la pandémie de COVID-19 en 2020, l’économie togolaise a montré des signes de résilience face à une série de chocs sans précédent, mais les populations vulnérables ont souffert et les marges budgétaires ont été épuisées. Cependant, selon la Banque Mondiale, un programme de réformes ambitieux pourrait entrainer son accélération à 7 %, y compris à travers la mobilisation de fonds pour atteindre les objectifs climatiques du Togo.

             ALI SAMBA

Partagez cet article

A découvrir