Votre Journal d'information -

20 avril 2024

DROITS DE L’HOMME – HRC.NET- ROADDH : La législation togolaise est favorable au rassemblement pacifique

Le Réseau Ouest Africains des Défenseurs des Droits Humains (ROADDH) a participé du 21 au 29 janvier 2023 à Genève à la réunion annuelle du HRC.NET. Le HRC.NET est un consortium d’ONG sous régionales, régionales et internationales des droits de l’homme qui a pour objectif principal de faire des plaidoyers auprès du Conseil des Droits de l’Homme (CDH) des Nations Unies en vue de l’amélioration des droits de l’homme dans les pays du monde.

Cette réunion annuelle de Genève a pour but de collecter la situation des droits de l’homme dans les pays et de planifier les actions à mener auprès du CDH.

C’est justement en sa qualité de membre que le Réseau Ouest Africains des Défenseurs des Droits Humains (ROADDH) a pris une part active à la rencontre de Genève.

Mme Mélanie SONHAYE KOMBATE, Directrice des Programmes et Plaidoyer et M. Pierre-Claver DEKPOH, Chargé de Programme Promotion et Levée de Fonds ont représenté le ROADDH/WAHRDN à cette rencontre de haut niveau.

Que retenir sur la situation des droits de l’homme au cours de cette réunion de Genève ?

Au cours des travaux de cette année, quatre pays africains ont été visités à travers les actions menées. Il s’agit du Nigéria, du Sénégal, du Togo et de la Guinée.

Pour les responsables du ROADDH/WAHRDN et du HRC.NET, en ce qui concerne le Togo, il faut se féliciter de l’avancée d’un processus d’élaboration d’une loi sur la protection des défenseurs des droits de l’homme dans notre pays.

Une vue de l’assistance lors des travaux.

La réunion note cependant qu’après une période de restriction de l’espace public, liée à la COVID 19 et la lutte antiterroriste, il y a, en ce moment, une accalmie dont on peut s’inquiéter quand on voit se profiler à l’horizon une période chargée, de calendrier électoral.

A l’attention des autorités togolaises, la réunion juge importante qu’elles soient accompagnées afin que cette loi qui sera votée à l’assemblée nationale tienne compte essentiellement de l’esprit de la déclaration des Nations Unies de 1998 sur les Défenseurs des Droits de l’Homme, notamment en ce qui concerne la définition du Défenseur des Droits de l’Homme.

Somme toute, conclue la plénière du HRC.NET, la législation togolaise est favorable au rassemblement pacifique, mais n’est que partiellement respectée par les autorités. Il est possible de se rassembler, toutefois les autorités ont le dernier mot, quant au choix du lieu, de la date et des modalités des rassemblements.

Précisons qu’au cours de leur mission, les deux membres du Secrétariat du ROADDH/WAHRDN ont eu à participer à des rencontres avec le bureau du HCDH, des Représentants des Procédures Spéciales du CDH et des Organisations des droits de l’homme, basées à Genève, afin de discuter de la situation des droits de l’homme dans les pays de l’Afrique de l’Ouest.

 

Partagez cet article

A découvrir