Date du jour : 

8 décembre 2022

Lutte contre le terrorisme : Faure Gnassingbé déterminé

 

Apparemment le gouvernement est décidé à répondre de manière appropriée aux attaques terroristes dans la région des Savanes. Le chef de l’État, Faure Gnassingbé, en a donné l’assurance aux forces vives de la localité lors de la rencontre de la semaine dernière. Il est dit que les échanges ont été francs entre le garant de la paix dans le pays et les vaillantes populations qui souffrent le martyr depuis quelques jours dans la zone.

Les manœuvres contre-offensives, des Forces Armées Togolaises (FAT), ne sauraient tarder. Il est demandé aux habitants de la région de se conformer aux prescriptions strictes des forces armées.

D’ailleurs, Faure Gnassingbé avait insisté sur la mobilisation et la vigilance de tous, ainsi que la préparation du pays à apporter une réponse multidimensionnelle efficace face aux risques de contamination de la situation d’insécurité qui prévaut dans la région. « Dans ce contexte, il est important que chaque citoyen reconnaisse et prenne la juste mesure des enjeux et que tous acceptent d’entrer davantage dans une alliance nationale solidaire prête à consentir les sacrifices nécessaires dans l’intérêt général », fait-on savoir au Gouvernement.

Il est indiqué qu’au sujet de l’état d’urgence sécuritaire décrété dans la région, des précisions et des mesures complémentaires seront annoncées, afin que chacun sache précisément ce qui est attendu de lui pour l’efficacité des efforts collectifs. Pour rappel, un programme d’urgence était déjà mis en œuvre dans la région des Savanes, en vue de renforcer l’accès des populations aux services sociaux de base et promouvoir la lutte contre la pauvreté.

Dans une intervention sur une radio de la place, Christian Trimua, le porte-parole du gouvernement n’a pas caché que, le Togo est en guerre. En guerre contre des groupes de terroristes structurés. « Il ne s’agit pas de petits groupes de malfaiteurs ou de petits braqueurs armés. Il s’agit de groupes structurés, qui ont des ramifications internationales, qui ont également des supports qui agissent par des méthodes militaires et qui ont une branche politique avec des mécanismes de financements. Ce sont des armées sans pays, qui nous attaquent pour de mauvaises raisons, pour des raisons idéologiques… Voilà l’ennemi que nous combattons », a indiqué Christian Trimoua.

Il faut noter que le gouvernement sentait venir la menace et avait institué la refondation du dispositif national de l’armée.  L’opération Koundjoaré a suivi. L’état d’urgence sécuritaire, décrété dans la région, participe à cet effort d’éradication du phénomène. Les dernières attaques ont choqué les Togolais et la nation toute entière est mobilisée derrière le chef suprême des armées pour affronter les terroristes. « Dans une situation comme celle ici, il faut impliquer l’ensemble des forces vives de la nation », fait savoir le porte-parole du gouvernement.

Dans ce cadre, les populations ont été invitées à freiner leur envie de montrer des images prises sur le théâtre des opérations montrant les compatriotes gisant dans une mare de sang ou dans des situations insupportables pour les yeux humains. Aussi, ont-elles été invitées à minimiser leur publication sur les réseaux et surtout de tenir certains propos qui pourraient alimenter les terroristes en informations. La presse a été aussi adjointe de faire la police dans les pages des journaux papiers ou sur les sites d’informations. « Nous devons être prudents et ne pas rentrer dans du voyeurisme », a martelé Christian Trimua.

A en croire le ministre, cette guerre asymétrique ne fait que commencer et le Togo n’entend pas céder une once de son territoire à ces terroristes. Le peuple y consent pleinement.

Partagez cet article

A découvrir