Date du jour : 

29 novembre 2022

Programme “Wezou” : 70 000 prises en charge en une année

26 août 2021, le gouvernement togolais lançait le programme “Wezou”, pour accélérer la réduction des morbidités et des mortalités maternelles et néonatales. Des progrès significatifs ont été observés dans le passé. La mortalité maternelle est passée de 478 (EDST 1998) à 401 (EDST 2014) pour 100 000 naissances vivantes et la mortalité néonatale s’est établie à 27 pour 1 000 naissances vivantes (EDST 2014) alors qu’elle était 40 pour 1000 (EDST 1998).

Wézou vient donc s’inscrire dans cette lignée pour accompagner la femme enceinte et le nouveau-né car, au-delà de ces chiffres fort louables, des défis restaient encore à relever notamment la planification familiale, la situation de vulnérabilité des femmes enceintes en milieu rural ou péri urbain, mais aussi la faible adhésion à la nécessité de suivre les soins néonataux, parfois en raison du manque de moyens financiers. “Le chef de l’Etat, ayant fait de l’inclusion sociale, en particulier celle des femmes, une priorité de son agenda de développement durable, rien ne semble l’empêcher dans sa quête”, fait-on savoir au gouvernement.

Ainsi, un budget de trois (03) milliards de francs CFA a été mobilisé pour la première année de mise en œuvre du programme “Wezou” qui se décline en deux (02) forfaits intégrant également la subvention de la césarienne qui reste toujours effective. Selon le gouvernement, plus d’un milliard de francs CFA, soit environ le tiers du montant total ont été mis à disposition du programme. Le dispositif de soutien, lancé en 2021 couvre désormais 680 formations sanitaires sur le territoire. Les ressources mobilisées ont permis depuis d’enrôler plus de 160 000 femmes. Environ 70 000 accouchements ont été pris en charge et plus de 660 000 différentes prestations ont été effectuées.

Il est à rappeler que “Wezou” englobe la prise en charge d’une partie des frais des soins de toutes les femmes enceintes. Car, il existe une limite de couverture de 14 265 francs CFA (25,75 dollars américains) pour les accouchements normaux et de 53 900 francs CFA (97,29 dollars américains) pour les césariennes et les accouchements vaginaux assistés.

Ali SAMBA,

Partagez cet article

A découvrir