Date du jour : 

8 février 2023

Togo : Effectivité de la revalorisation du SMIG

Par arrêté N°3790/MFPTDS/DGT du 31 décembre 2022 signé du Ministre Gilbert B. BAWARA, le Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG) et le Salaire Minimum Agricole Garanti (SMAG) ont été désormais révisés à la hausse.
Ainsi donc, le SMIG et le SMAG sont fixés à 302,89 FCFA/Heure soit 52.500FCFA par mois sur toute l’étendue du territoire national et pour toutes les branches d’activité économique à compter du 1er janvier 2023.
Cette revalorisation du SMIG est à saluer et est issue d’un dialogue constructif entre les partenaires sociaux.
Il faut préciser que c’est à l’issue des rencontres et concertations entre les sept Centrales syndicales et les Organisations professionnelles des employeurs du Togo, les 24 et 30 décembre 2022, que la fumée blanche s’est enfin écharpée. Et l’augmentation du SMIG est finalement actée le 31 décembre 2022 par arrêté du ministre de la fonction publique, Gilbert BAWARA.
Une nouvelle sans doute synonyme d’un ouf de soulagement pour le monde du travail togolais en ce début d’année.
Ces partenaires sociaux, ont en effet tenu compte de la situation économique marquée par les multiples crises mais aussi des contraintes pesant sur les acteurs économiques. Ils vont devoir cependant, continuer à œuvrer en vue de préserver le climat social apaisé afin de favoriser la poursuite des efforts de développement du pays.
Également, les partenaires sociaux ont convenu de continuer à œuvrer ensemble à l’amélioration continue des conditions globales de travail des salariés, et en particulier, du pouvoir d’achat des travailleurs et des ménages.
Les efforts du gouvernement sont à saluer
Le Gouvernement, dans sa dynamique de soulager les populations et particulièrement les travailleurs, a convenablement joué son rôle de facilitation en encourageant le dialogue et en s’inscrivant dans la vision du Président de la République, Faure Gnassingbé, pour une gouvernance concertée à tous les niveaux.
Il faut saluer cette démarche courageuse et noble des employeurs qui ploient déjà sous bien de charges à l’instar de l’assurance maladie universelle.
Les parties prenantes aux réflexions sont à savoir, les sept Centrales syndicales, le Conseil National du Patronat-Togo (CNP-T), l’Association des Grandes Entreprises du Togo (AGET) et la Chambre de Commerce et d’Industrie Togo (CCI-T).
Crédo TETTEH

Partagez cet article

A découvrir