Date du jour : 

26 septembre 2022

Rapport d’enquête du CST /Les signataires convoqués DEMAIN à la justice

L-heure-des-explications CSTLes signataires du rapport d’enquête publié par le Collectif ” Sauvons le Togo ” le 11 novembre dernier, sont convoqués devant la justice demain mercredi 11 décembre à 08 heures pour répondre à une plainte d’une des personnalités citées dans ledit document comme étant l’un des instigateurs de l’incendie qui a ravagé les grands marchés du Togo au début de l’année.
M. Raoul Bassayi Kpatcha, directeur général de l’entreprise CENTRO, cité par le Collectif Sauvons le Togo (CST) que dirige Me Ata Zeus AJAVON comme étant l’un des investigateurs des incendies des grands marchés du Togo, a porté plainte devant la justice togolaise contre les signataires de cette contre-enquête. L’auteur de la plainte réclame 500 millions de F CFA pour diffamation et atteinte à son honneur.
Le 26 novembre dernier, M. Bassayi, par l’entreprise d’une mise au point avait démenti son implication dans ces événements qualifiant le rapport du CST de ” ramassis d’absurdité pour semer la confusion dans l’opinion “. Dans cette mise au point, il se réservait le droit de porter plainte contre les signataires de ce document. C’est donc chose faite maintenant. Les deux parties iront s’expliquer devant la justice. Un procès avant le procès.
Le vendredi  dernier au cours d’un meeting, les responsables du CST ont déclaré qu’ils attendent l’auteur de cette plainte devant la justice pour apporter les éléments qui l’accablent.
M. Bassayi et sept autres personnes sont cités par le rapport du CST dont la Directrice des Impôts, Mme Ingrid AWADE et le Directeur de la Société Aéroportuaire de Lomé Tokoin (SALT), M. Akrima Kogoè. Si le premier, Mme Awadé a estimé qu’on ” répond aux imbéciles par le silence “, le second, M. Akrima, quant à lui aussi a porté plainte pour atteinte à son honneur et diffamation.
Les signataires du ” fameux rapport sur les incendies du CST ” devront donc demain mercredi 11 décembre 2013 comparaître devant la justice pour répondre de leurs actes.
La question que l’on se pose est de savoir si le Président de l’OBUTS Agbéyomé Kodjo qui avait déclaré n’être pas signataire de ce rapport, se rendra aux côtés du CST devant la justice ? Dans une complicité ou dans une unité d’action ?

Partagez cet article

A découvrir