Date du jour : 

8 février 2023

BUDGET 2023 : Faure Gnassingbé à son ”social”

La loi de finances, gestion 2023 a été votée le 22 décembre 2022, à l’unanimité des députés présents. Au total, le budget est projeté à 1.957,9 milliards de francs CFA, en ressources et charges ,contre 1.875,8 milliards de francs CFA dans la loi de finances rectificative 2022, soit une hausse de 4,4%.

Selon le ministre de l’économie, qui a porté le projet, en 2023, l’activité économique bénéficierait de l’exécution des projets et réformes de la feuille de route gouvernementale Togo 2025. La mise en œuvre des réformes structurelles, et l’instauration d’un climat des affaires attractif, se poursuivront afin d’attirer plus d’investissements privés et réaliser les objectifs de croissance soutenue et inclusive.

Ainsi, nonobstant la morosité de l’environnement économique mondial, le taux de croissance du PIB réel est projeté à 6,6% en 2023, avec un taux d’inf1ation maitrisé qui continuera à faire l’objet d’une attention du Gouvernement. Grâce aux performances économiques attendues et à une gestion prudente des finances publiques, le profil des indicateurs macroéconomique et budgétaire devrait s’améliorer.

Conformément aux orientations données par le Chef de l’Etat et traduites dans la politique générale du Gouvernement tirée, de la Feuille de toute gouvernementale Togo 2025, des mesures ont été envisagées pour traduire dans les faits les engagements prioritaires pour le bien-être des populations.

Cette ambition nécessite des efforts importants en matière de renforcement de la capacité fiscale, dans un contexte marqué par la poussée inflationniste et les tensions géopolitiques, particulièrement la guerre en Ukraine.

En vue de poursuivre et renforcer les actions visant le bien-être des populations, le projet de budget, exercice 2023, consacre aux secteurs sociaux un montant de 623,4 milliards de francs CFA, contre 522,2 milliards de francs CFA dans le budget 2022, soit une hausse de 19,6%. La part relative des dépenses sociales dans, le projet de budget, exercice 2023, est de 49,3%.

Le budget de l’Etat, exercice 2023, financera en majorité la poursuite du programme d’urgence de résilience dans la région des savanes, en termes d’infrastructures socio-économiques de base, dans le but de réduire les inégalités entre les régions et à l’intérieur des régions.

En outre, les mesures sociales prises par le Gouvernement, en 2022, pour améliorer les conditions des populations, face à la cherté de la vie, seront poursuivies. Par ailleurs, les priorités porteront également sur le renforcement de l’équité et de l’égalité dans le cadre de la budgétisation sensible au genre. A cet effet, le gouvernement ambitionne de mettre fin à toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et filles, à lutter contre les inégalités et 1’exclusion sociale, à autonomiser les femmes et les filles et â rendre effective leur participation â la prise de décision, â tous les niveaux du processus de développement.

Dans le domaine de la santé, le gouvernement ambitionne de garantir la santé pour tous, à travers la mise en place de la couverture santé universelle et l’exécution d’un plan de réponse aux urgences sanitaires, en faisant en sorte que 95% de la population soit à moins de 5km/45mn d’un centre de soins et en portant la couverture santé universelle de la population a 60% et en couvrant les besoins en personnel à 95% d’ici à 2025.

Au niveau du secteur agricole, le gouvernement ambitionne de faire de l’agriculture un véritable moteur de croissance et de création d’emplois, à travers l’amélioration de la productivité et des rendements agricoles, le renforcement des industries de transformation agro-alimentaires et le développement de l’agriculture à haute valeur ajoutée, l’amélioration de l’accès au financement et l’accès aux marchés aux agriculteurs.

An niveau du secteur de l’eau et de l’assainissement, le Gouvernement ambitionne d’assurer l’approvisionnement en eau potable à 75% des ménages, en zone urbaine, 85% en zone semi-urbaine et 95% en zone rurale. A cet effet, il mettra l’accent sur : le projet d’alimentation en eau potable de 18 centres semi-urbain du Togo (Centrale et Kara) ; le projet d’alimentation  en  eau potable de 31 centres semi-urbains ; le projet d’accès a 1’eau potable et a 1’assainissement en milieu scolaires (ou dans les  établissements  scolaires)  et  dans les zones rurales vulnérables dans le cadre du projet PASCO 2 ; le Programme national  de  développement  eau (PND/Eau); l’aménagement  de la dépressions du triangle des rails a Tokoin Dogbéavou ; l’aménagement, l’assainissement et le bitumage des rues urbaines et  (vii)  la  construction d’ouvrages de drainage des eaux pluviales de la zone Oba à Lomé.

S’agissant de l’action sociale et de la protection sociale, l’accent sera mis sur le renforcement de la protection sociale et civile. A cet égard, les actions porteront sur : la mise en place du Registre social unique (RSU) ; le renforcement de la protection des enfants et l’appui à l’insertion socioprofessionnelle des personnes handicapées.  Concernant l’inclusion financière, le gouvernement facilitera 1’acces aux services financiers. Ainsi, il mettra l’accent sur la promotion de nouveaux produits et services financiers innovants et diversifiés tels que le produit N’kodédé qui s’adresse au bénéficiaire ayant franchis le cycle de financement des Activités génératrices de revenus (AGR) et le produit de  relance post-Covid des activités économiques.

Partagez cet article

A découvrir