Votre Journal d'information -

14 juin 2024
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

POLITIQUE/RECENSEMENT ELECTORAL : Pas de reprise, la CENI apure les listes

Aux lendemains de la fin du recensement électoral au Togo, les voix de certains partis politiques de l’opposition, et quelques organisations de la société civile (OSC) ont, de nouveau, appelé à la reprise de l’opération dans la zone 1.

Pénurie des consommables (manque d’encre, de cartes vierges et de carburant), mauvais fonctionnement des ordinateurs, lenteur des opérateurs de saisie, enrôlement des mineurs, avec la complicité de certains chefs traditionnels ou de leurs représentants sont, entre autres, les dysfonctionnements relevés. L’ANC a même évoqué des inscriptions d’étrangers dans certaines localités et Centres de recensement et de vote (CRV) dans la partie septentrionale du pays. Aussi, l’opération de recensement a été clôturée alors que des milliers de personnes, qui s’étaient massivement déplacés, n’avaient pu être enrôlés. La question a été évoquée lors de la dernière séance du cadre permanent de concertation (CPC).

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y aura pas de recensement supplémentaire ; ni dans la zone 1 ; ni nulle part ailleurs. D’ailleurs, on en est actuellement à la phase d’apurement des listes établies à en croire la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). Cette opération a débuté depuis le 26 juin 2023. ” Cet exercice de croisement et de vérification des données biographiques, ainsi que biométriques (noms, prénoms, photo, empreintes digitales, etc.), vise d’abord, à détecter de possibles inscriptions multiples et indus. “Quelques 91 000 dossiers de potentiels doublons ont été répertoriés. Il vise, ensuite, à procéder à leur traitement administratif “, affirme la CENI dans un communiqué. Elle soutient que cette opération est recommandée par le code électoral en son article 61. Il dispose que lorsqu’il est constaté qu’un électeur est inscrit sur plusieurs listes, seule la dernière inscription est prise en compte. Il est procédé d’office à sa radiation sur les autres listes. Lorsqu’un même électeur est inscrit plusieurs fois sur la même liste, il ne doit y subsister qu’une seule inscription. L’article 123, du même code relève les différentes dispositions pénales possibles encourues en cas de fraude, liée à l’inscription sur les listes électorales. ” En fin de compte, la CENI espère aboutir à des listes électorales qui respectent le principe sacro-saint d”’un électeur, une voix”, fondamental pour des élections crédibles “, lit-on dans le communiqué. Une fois cette phase d’apurement terminée, la CENI procédera à l’affichage des listes électorales provisoires. S’ouvrira alors la période des réclamations.

Deux élections sont attendues cette année 2023 dans le pays. Il s’agit des régionales (une première) et surtout des législatives. Ces dernières verront la participation de  nombreux partis politiques de l’opposition, contrairement aux dernières de 2018, qui ont été boycottées par les principaux partis de l’opposition, notamment l’ANC, le CAR et la CDPA.  Ces derniers ont, toutes, réaffirmé ces derniers temps leur volonté de participer à ces élections.

D’ailleurs, La Dynamique pour la majorité du peuple (DMP), transfuge de la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK), se prépare pour obtenir une majorité parlementaire. Dans cette perspective, elle demande la contribution financière des bonnes volontés à travers en appel de fonds en vue de surveiller les élections législatives, sécuriser les résultats et mobiliser les Togolais. Pour le moment, aucune date n’est annoncée par le Gouvernement en ce qui concerne les deux élections.

Partagez cet article

A découvrir