Votre Journal d'information -

29 février 2024

La sortie du député TAAMA à propos ….

Dans une tribune publiée sur les réseaux sociaux et sur ses pages, le député Gerry TAAMA a éclairé les lanternes. S’il est vrai qu’un groupe de députés a effectivement déposé une proposition de modification constitutionnelle, il faut retenir avec ce dernier que ”  Ceci fait partie des procédures normales de notre assemblée nationale. Moi-même j’ai déjà déposé trois propositions de loi. Notre règlement intérieur impose à la présidente d’annoncer à la plénière suivant le dépôt du projet ou de la proposition de loi, le dit-dépôt. Ensuite elle dispose de 48h pour envoyer le texte au gouvernement en cas de proposition de loi. Le texte revient après avis favorable du gouvernement pour suivre la noria habituelle à l’assemblée nationale à savoir, conférence des présidents, étude de fond dans une ou plusieurs commissions et ensuite étude en plénière puis adoption “.

Informant l’opinion qu’aucun des trois députés de son parti LE NET n’est associé à une telle initiative, Gerry Taama précise que ” tant que le texte n’est pas soumis en conférence des présidents, il ne nous est pas possible de savoir quel est  ce groupe de députés qui a fait la proposition de modification “.

Le Président-député du NET va plus loin en conseillant à ses lecteurs et à l’opinion une meilleure posture : ” il faut arrêter de faire des conjectures sur cette initiative, en créant ainsi une suspicion inutile contre les députés. Personnellement je ne sais pas ce qu’il y a dans cette initiative. Et si on tient compte des délais de notre règlement intérieur, l’initiative a soit été avortée soit reportée. “Les propositions de lois sont transmises au gouvernement dans les quarante-huit heures suivant l’annonce de leur dépôt, et en tout cas, huit (8) jours au moins avant délibération et vote. Article 83 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale.” ”

” J’entends des gens ergoter sur la suppression de la limitation du nombre de mandats présidentiels. Il faut juste rappeler que l’article 59 de la constitution modifiée stipule que: Le président de la République est élu au suffrage universel libre, direct, égal et secret pour un mandat de 5 ans, renouvelable une seule fois. Cette disposition ne peut être modifiée que par voie référendaire.

Donc pour sauter le verrou de la limitation du nombre de mandats, il faut passer par un référendum ” a ajouté le député Taama.

Poursuivant sa démarche explication, le député Gerry Taama affirme : ” Par contre, toute initiative de modification constitutionnelle n’est pas forcément négative. Par exemple, nous proposons depuis deux ans d’harmoniser les mandats des élus, et de revenir à 5 ans pour tous les mandats, en vue d’organiser des élections générales. Une révision de constitution purement technique peut être salvatrice. Tant qu’on en sait rien, évitons les spéculations “.

Partagez cet article

A découvrir