Votre Journal d'information -

24 juin 2024
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Inclusion et protection : Le ministère de l’action sociale au service des Togolais

Les élèves togolais sont en congés de détente depuis vendredi. C’est la nouveauté introduite dans le système éducatif au début de cette année scolaire. Ailleurs, on l’appelle congé de Toussaint. Il permet aux enfants de souffler après presque 7 semaines de cours.

Les élèves retrouveront les salles de classes dans une semaine. Ceux qui ont bénéficié de l’opération ”Rentrée solidaire “, initiée par le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, retrouveront le chemin de l’école avec fierté. Pour le compte de la rentrée scolaire 2023-2024, 6.000 apprenants nécessiteux, handicapés et orphelins ont bénéficié de l’initiative exécutée par l’Agence de solidarité nationale (ASN), bras opératoires du ministère du ministère de l’Action sociale, de la Protection de la femme et de l’Alphabétisation

Pour la rentrée scolaire 2023-2024, près d’un millier d’élèves ont été satisfaits dans la région Centrale et des Plateaux. Ils ont reçu des articles comme des tableaux magnétiques, des stylos et crayons, des bicyclettes, des cartables, des trousses, des lampes de poche, etc. Ce qui a véritablement soulagé leurs parents. Plus de 87.500 élèves ont bénéficié de l’initiative depuis son lancement en 2010. La mise en œuvre de l’opération ” Rentrée solidaire “ témoigne de l’engagement sans cesse renouvelé des pouvoirs publics à garantir une éducation pour tous. Cela montre les efforts des autorités à atteindre l’ODD 4 qui promeut une éducation de qualité dans des conditions d’équité.

” Rentrée solidaire “ n’est pas la seule initiative prise par l’État en faveur du secteur éducatif. Des moyens colossaux ont été déployés ces dernières années pour changer le visage de l’école togolaise. Déjà en 2008, les frais de scolarité au préscolaire et au primaire sont rendus gratuits. La conséquence est que plus de deux millions d’enfants ont fréquenté l’année suivante. En 2017, School Assur a été mis sur pied.

Ce programme de protection sociale permet aux apprenants des établissements publics d’avoir accès à des soins de santé de qualité. Il a, à son actif, plus de 03 millions de prises en charge (consultations, analyses, sollicitations de pharmacies, hospitalisations, chirurgies) et plus de 02 millions d’élèves assurés. À tout cela, il faut ajouter l’installation des cantines scolaires, qui offrent des repas chauds à plus de 90 000 élèves en moyenne chaque année, sans oublier la gratuité des frais d’inscription aux examens nationaux. Ces initiatives créent des conditions d’apprentissage propices.

Au Gouvernement, on fait savoir que la prise en compte des problèmes sociaux est perçue comme une priorité. Depuis la mise en place du ministère de l’Action sociale, de la Protection de la femme et de l’Alphabétisation, il dote le Togo de moyens pour freiner la pauvreté, assurer la protection sociale et apporter du soutien à n’importe quel Togolais. Chaque année, ce ministère prend sous ses ailes des centaines de milliers de citoyens. De l’assistance de l’État aux personnes vulnérables ou démunies, aux secours d’urgence en cas de catastrophes naturelles, le département déploie des initiatives salvatrices.

C’est encore lui qui coordonne les actions du gouvernement pour l’organisation et l’encadrement des populations, en vue de leur participation à l’autopromotion sociale.

Des ressources sont consacrées au ministère, conformément aux ambitions d’inclusion et d’harmonie sociales. En 2022, le pays a mis sur la table 1,27 milliard pour les interventions. La contribution des partenaires, quant à elle, est de 527,8 millions de francs CFA.  804.536, dont 500.000 femmes et filles, ont pu bénéficier des actions (lutte contre les vulnérabilités des personnes handicapées, l’éducation ou la formation…) à travers des projets.

Au niveau de la protection de l’enfance, 314.000 mineurs ont été pris en charge contre les violences et la traite. Pour la promotion, l’éducation, la formation et la lutte contre les violences basées sur le genre, pas moins de 230.000 femmes et jeunes filles ont été prises en compte. Les victimes de catastrophes naturelles, les déplacés et les réfugiés ont bénéficié d’une prise en charge. Ils sont au total 231.000 personnes.

L’alphabétisation et l’éducation non formelle ont été offertes à 26.000 personnes sur le territoire. Les victimes de catastrophes ne sont pas oubliées. Pour les aider à sortir la tête de l’eau après avoir subi les conséquences des catastrophes naturelles, le ministère de l’Action sociale, de la Protection de la femme et de l’Alphabétisation leur apporte une assistance en vivres et non-vivres. Une campagne de sensibilisation a été lancée en septembre 2023, spécialement à l’endroit de 400 victimes de la région des Savanes, recensées de mars à mai de la même année. Et ce sera comme ça tout au long de l’année dans les autres régions du pays. Une preuve que le ministère travaille d’arrache-pied afin d’inclure les plus vulnérables dans le circuit économique.

ALI SAMBA

Partagez cet article

A découvrir