Date du jour : 

8 février 2023

Zone franche : Plusieurs avantages offerts aux entreprises du secteur textile

L’industrie du textile fait partie des secteurs à fort potentiel de l’économie togolaise. Des actions sont donc engagées par le gouvernement pour la rendre plus performante. L’une des dernières en date est l’adoption de la loi portant statut de la zone franche industrielle.

 

La loi offre des avantages aux investisseurs et aux entreprises œuvrant dans le secteur textile. Sur le plan fiscal, on note la stabilisation du taux d’impôt sur les sociétés, sur les dividendes et la patente à 10% à compter de la 9ème année et pour le restant de la durée de vie de la société. Le nouveau cadre juridique exonère les entreprises du secteur textile de certains impôts et taxes : la taxe foncière, l’impôt sur le revenu dû aux services d’assistance technique étrangère, les droits et taxes non expressément visés.

Par ailleurs, il est prévu une réduction de 50% de tous droits et taxes de douane et de la TVA sur les véhicules utilitaires. En matière du droit de travail, deux modifications ont été apportées. Il s’agit de 48 heures de travail par semaine et 14 jours de congés annuels.

La nouvelle loi portant statut de la zone franche industrielle va donner un coup d’accélérateur au secteur du textile. Elle améliore davantage le climat des affaires, contribue à l’amélioration des activités des industries de transformation locale comme le développement d’une chaîne de valeur qui combine production du coton et confection de vêtements. Le tout couronné par la création de richesses et d’emplois ainsi que le renforcement de l’attractivité du secteur.

Le nouveau cadre juridique redynamisera les activités au parc textile de la Plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA). Ce parc au sein duquel est installé le centre de formation à la confection de l’habillement va voir ses activités se développer.  Avec plus de 800 jeunes (dont 59% de filles) déjà formés, le centre de formation à la confection de l’habillement est doté de matériels modernes.

Il ambitionne de former 2 000 jeunes qui seront employés sur place d’ici 2023. Il prévoit également de dépasser le million de vêtements par mois. Sa capacité de production mensuelle actuelle est de 60 000 pièces.

Partagez cet article

A découvrir