Votre Journal d'information -

14 juin 2024
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

ECONOMIE : Un nouveau Programme de la facilité élargie de crédit (FEC) avec le FMI

Du 29 novembre au 8 décembre 2023, une mission du Fonds Monétaire International conduite par Hans Weisfeld a séjourné au Togo.  La délégation du FMI a eu à mener des discussions avec les autorités togolaises sur un soutien du Fonds Monétaire International à l’égard des plans de politique et de réformes du pays puis évaluer les développements économiques récents. Lors de son séjour à Lomé, la délégation du Fond Monétaire International (FMI) s’est entretenue avec le Président Faure Essozimna Gnassingbé, le Premier Ministre, Madame Victoire Tomegah Dogbé, et a des séances de travail avec Sani Yaya, le ministre de l’Économie et des Finances et Adjatougbé Ameyo Fioklou, la conseillère du Directeur National de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pour le Togo, Madame et leurs équipes respectives. La mission du FMI a également rencontré des partenaires au développement.

A la fin de la mission au Togo, le chef de mission du FMI, Hans Weisfeld a déclaré que le Togo et le FMI sont parvenus à un accord au niveau des services avec les autorités togolaises sur un programme de 42 mois, appuyé par un accord au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) d’un montant d’environ 400 millions de dollars. Il attendra l’approbation du conseil d’administration du FMI l’année avant sa mise en œuvre. « Les autorités Togolaises se sont engagées à mettre en œuvre un vaste programme de réforme économique qui s’appuie sur le plan de développement du gouvernement et s’attaque aux défis auxquels le pays est confronté, notamment les problèmes urgents de sécurité », fait-on savoir au ministère de l’économie et des finances. Le programme économique du Togo vise à préserver la stabilité économique et à renforcer la viabilité de la dette tout en posant les bases d’une croissance plus forte, plus durable et plus inclusive.

Au ministère de l’économie et des finances, il est indiqué que les réformes clés que conduit le Gouvernement visent à réduire le déficit budgétaire à 3 % du PIB d’ici 2025 tout en protégeant les dépenses susceptibles de soutenir la croissance et renforcer l’inclusion économique. La stratégie budgétaire repose en partie sur des mesures ambitieuses visant à accroître la mobilisation des ressources intérieures de 0,5 % du PIB par an. « Les autorités rationaliseront également les dépenses publiques », soutient-on. En outre, elles ont l’intention de renforcer la protection sociale, notamment en élargissant les transferts monétaires, sur la base de la création d’un registre social unique et d’une plateforme d’identification biométrique.

Dans le viseur du FEC, la mise en œuvre des réformes structurelles pour soutenir la stratégie budgétaire et renforcer le potentiel de croissance du pays. Celles-ci comprennent des réformes visant à élargir l’assiette fiscale et à améliorer l’efficacité des recouvrements fiscaux, l’amélioration du climat des affaires pour stimuler l’investissement et la création d’emplois, par exemple en numérisant la plupart des procédures gouvernementales et en renforçant la stabilité financière.

Ali Samba

Partagez cet article

A découvrir