Date du jour : 

8 décembre 2022

RGPH5 : L’enquête post censitaire annoncée

 

Le Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH-5), lancée officiellement le 24 octobre 2022 sur toute l’étendue du territoire national a pris fin le 16  novembre 2022. Les efforts des uns et des autres ont finalement eu raison des petites difficultés rencontrées au début de l’opération.

Dans un communiqué, le Gouvernement a tenu à remercier les populations et l’ensemble des acteurs impliqués dans le processus notamment, les préfets, les députés, les maires, les chefs traditionnels, les leaders religieux, les leaders communautaires, les partenaires techniques et financiers, les agents de terrain et les médias, pour leur mobilisation qui a permis un aboutissement heureux de ce processus.

Comme il est de coutume, pour vérifier la qualité du dénombrement réalisé, il est annoncé l’enquête post censitaire dans les prochains jours. Le Gouvernement précise que cette enquête ne concernera que quelques localités tirées au hasard et invite les populations à réserver un bon accueil aux agents.

L’enquête post-censitaire est un outil qui permet d’apprécier la qualité du dénombrement. C’est une enquête réalisée, après le recensement, pour apprécier la couverture sur un échantillon représentatif d’un certain nombre de zones de dénombrement. L’enquête post-censitaire de couverture vise à mesurer le degré d’exhaustivité du dénombrement, compte tenu des omissions et des doubles comptes possibles. Et aussi à vérifier la qualité des données à travers certaines variables clés dont le sexe, l’âge, la nationalité et la situation matrimoniale.

Il faut indiquer qu’après le quatrième recensement général de la population et de l’habitat intervenu en 2010, il s’est avéré nécessaire pour le Togo de procéder à l’actualisation de l’information statistique et à la production des données relatives aux nouveaux enjeux de développement, dans le contexte actuel où les priorités sont centrées sur la feuille de route gouvernementale, les objectifs du développement durable (ODD), l’agenda 2063 de l’Union Africaine et le processus de décentralisation et de développement local.

Pour le Gouvernement, compte tenu des grands moyens mis en place, il ne fait aucun doute que les agents recenseurs soient arrivés à dénombrer tous les ménages vivant sur le territoire. Par ailleurs, à quelques jours de la fin des opérations, l’exécutif a mobilisé tous les acteurs et représentants de la population et leaders d’opinion du pays à s’impliquer davantage pour la réussite de l’opération, qui est déterminante pour la politique nationale de développement.  Sans compter les sensibilisations qui ont lieu autour de la question, afin que chaque population puisse adhérer au recensement. Initialement prévue pour le 12 novembre, la fin de l’opération a été même repoussée au 16 novembre 2022 pour un travail beaucoup plus complet et fourni.

On rappelle volontiers que l’objectif global de ce recensement est donc de rendre disponible une base de données démographiques et socioéconomique actualisées, fiables et désagrégées, pour répondre au besoin de planification et de gestion des programmes, dans le but de réduire la pauvreté. En d’autres termes, il s’agit de recueillir des informations sur les individus, les ménages et les logements. Cette opération, unique en son genre, qui est conduite tous les 10 ans, permettra le suivi et l’évaluation, basés sur les évidences, aux plus fins niveaux de décentralisation, notamment au niveau des Communes, des cantons et des villages, afin de ne laisser personne sur la touche.

Pendant plusieurs mois avant le début du recensement, le Togo s’est préparé pour un bon aboutissement du processus. Après avoir suivi trois (03) semaines de formation intensive, 14 500 agents recenseurs ont été sélectionnés et déployés sur le territoire, dans chaque commune pour dénombrer les populations.  Cela a créé, par la même occasion, de l’emploi temporaire à des milliers de personnes. A côté de l’opportunité de travail, le pays a su mobiliser les fonds nécessaires pour répondre aux dépenses du RGPH-5, soit une somme de 8,6 milliards de francs CFA.

Ali SAMBA

Partagez cet article

A découvrir