Date du jour : 

8 février 2023

Le Togo, acteur phare de la sécurité alimentaire et la prévention des crises humanitaires

On parle de sécurité alimentaire lorsque tous les citoyens d’un pays ont, à tout moment, la possibilité physique, sociale et économique d’avoir de la nourriture suffisante, saine et nutritive, qui leur permet de satisfaire convenablement aux besoins alimentaires pour une vie active. C’est un objectif de développement que le Togo ne quitte jamais du regard, lui qui a fait du chemin ces dernières années.

 

L’agriculture togolaise est riche, avec des producteurs toujours au travail, pour satisfaire les besoins alimentaires et assurer une meilleure vente des récoltes. C’est grâce aux appuis du gouvernement qui défie toutes les limites, pour lutter contre la faim. L’une des récentes actions du pays, en la matière, est l’accueil de la 38ème réunion annuelle du Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA). Tenue sous le    leadership du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, ce fut l’opportunité d’une réflexion globale pour identifier les possibilités politiques, pouvant limiter les effets des crises sur la résilience alimentaire et nutritionnelle des populations dans la sous-région, et sur le continent.

En la matière, le Togo a son arme de défense. C’est le secteur agricole, dont les capacités sont, de jour en jour, renforcées pour un meilleur rendement. Une importance particulière est accordée à l’agriculture dans la feuille de route gouvernementale Togo 2025. Le pays fait tout pour améliorer la productivité, la compétitivité et la transformation des produits agricoles locaux. L’objectif est d’avoir un secteur moteur de croissance économique, de création d’emplois pour les jeunes. Le renforcement des industries de transformation agroalimentaire est aussi recherché ; la construction de la Plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA) illustre cette volonté, dont le but ultime est de parvenir à faire disparaître la faim sur le territoire d’ici 2030.

Au Gouvernement, on soutient que les denrées alimentaires sont disponibles au Togo. Elles sont méticuleusement surveillées en termes de production, de distribution, de vente dans le pays et d’exportation. Les prix sont réglementés pour lutter contre la surenchère.  L’Agence nationale de la sécurité alimentaire du Togo (Ansat) achète les produits céréaliers auprès des producteurs pour constituer un stock national de sécurité, afin de pouvoir faire face à toute éventuelle crise alimentaire. Il y a aussi les subventions étatiques qui aident beaucoup.

 

Partagez cet article

A découvrir