Votre Journal d'information -

24 juillet 2024
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

AGRICULTURE : Récompenses des cotonculteurs et feuille de route pour le soja

A l’orée de la nouvelle saison cotonnière, La Nouvelle société cotonnière du Togo (NSCT) procède à la distinction des meilleurs producteurs de la saison 2022-2023. Débutées dans la région des savanes, elles se sont poursuivies dans la ville de Blitta, pour ceux de la région centrale.

 

Pour cette dernière, ce sont au total, 82 lauréats qui ont été primés : 67 producteurs et productrices, et 15 Groupement de producteurs de coton (GPC). Kombaté Damtaré, Kékéou Piyalo et le groupement Kouré ont été les meilleurs dans leurs différentes catégories. Les superficies emblavées, la production et le rendement, la qualité du coton graine au marché et à l’usine, les taux de remboursement des crédits de campagne et la fidélité à la production cotonnière sont les critères considérés.

Le respect des textes juridiques, notamment la tenue des Assemblées générales ordinaires (AGO), a été opposé aux GPC. ” Les prix sont repartis en trois catégories à savoir : ” Le prix performance coton ” pour les grands producteurs, ” Le prix d’encouragement coton ” aux producteurs moyens et ” Le prix espérance coton ” réservé aux petits producteurs “, fait-on savoir à la NSCT. Les GPC distingués ont reçu des enveloppes financières variant entre 900.000 à 100.000 F CFA, pour des réalisations communautaires dans leur localité.

Cependant, il a été déploré la baisse de la production dans la région Centrale, par rapport aux années antérieures où la production allait jusqu’à 23 000 tonnes. Les producteurs ont été invités à redoubler d’ardeur et à mettre en pratique les conseils des techniciens agricoles pour obtenir un bon rendement et un meilleur résultat dans la saison 2023-2024. Ils peuvent prendre exemple sur le préfet de Blitta, Batossa Boukari qui a reçu une attestation de meilleur producteur du coton pour la campagne 2022-2023.

Dans les savanes, ce sont Yakan Kodjo, Mme Mohamed Sénira et le GPC Kouapante  qui ont été élus meilleurs cotonculteurs de la région des Savanes pour la saison 2022-2023. Il faut ajouter que les trois meilleurs producteurs, trois meilleures productrices, trois meilleurs groupements des producteurs de coton de la région et 189 producteurs et productrices des sept préfectures ont été primés. Le rendement de la campagne 2022-2023 de la région est de 666 kg par hectare. 27.803 producteurs organisés en 900 GPC ont emblavé 24 094 hectares. La production a engendré un revenu brut estimé à environ 4.000.800.000F CFA. Pour la campagne cotonnière 2023-2024, La NSCT entrevoit une prévision nationale de 110 000 hectares à emblavés, pour une production d’au moins 95 000 tonnes.

 

Le plan quinquennal de la filière soja

Le Conseil interprofessionnel de la filière soja au Togo a validé le plan filière soja 2023-2028. Les producteurs, les transformateurs et les commerçants exportateurs ont travaillé sur le document pour un consensus de tous les différents acteurs.

Le document contient trois grandes parties, à savoir les enjeux, la problématique, l’état des lieux et les solutions proposées. Les enjeux envisagent de prioriser la sécurité alimentaire, développer la valeur ajoutée pour la transformation locale et de préserver la diversité des cultures au Togo. La problématique suggère la disponibilité des graines de soja pour le marché national et le financement de la filière. L’état des lieux montre que de 2015 à 2022, il y a eu une forte augmentation de production de soja, entrainant ainsi, une croissance de protéine. Le document propose des solutions pour améliorer la productivité de la filière, entre autres. Il s’agit entre autres de développer l’accès à la consommation de soja et d’augmenter la valeur ajoutée. La filière prévoit plus de 500 tonnes de soja d’ici à 2028 pour la consommation nationale.

Pour la campagne de commercialisation 2022-2023 de cette légumineuse à graines, plus de 200 000 tonnes de soja devraient être mises en vente. Mais à quelques semaines de la fin de la campagne, les producteurs avaient signalé qu’ils avaient encore plus de 80 000 tonnes en stocks. Certains ont menacé de quitter la filière qui a perdu un peu de sa superbe, du fait de la baisse des prix sur le marché mondial.

Partagez cet article

A découvrir